Baptême du Christ

Baptême du Christ

1648

Scheda

Le Baptême de Jésus est raconté dans les Evangiles synoptiques de Matthieu, Marc et Luc: «Alors Jésus vient de la Galilée jusqu’au Jourdain. Il arrive auprès de Jean pour que Jean le baptise, mais Jean n’est pas d’accord. Il dit à Jésus : «C’est moi qui ai besoin d’être baptisé par toi, et c’est toi qui viens vers moi!» Jésus lui répond: «Accepte cela pour le moment. Oui, c’est ainsi que nous devons faire tout ce que Dieu demande.» Alors Jean accepte. Dès que Jésus est baptisé, il sort de l’eau. Au même moment, le ciel s’ouvre. Jésus voit l’Esprit de Dieu qui descend comme une colombe et qui vient sur lui. Une voix vient du ciel et dit: «Celui-ci est mon Fils très aimé. C’est lui que j’ai choisi avec joie.» (Matthieu, 3, 13 – 17); «Alors Jésus arrive de Nazareth, village de Galilée. Jean le baptise dans le Jourdain. Au moment où Jésus sort de l’eau, il voit le ciel s’ouvrir. Et il voit l’Esprit Saint descendre sur lui comme une colombe. Une voix vient du ciel et lui dit : « Tu es mon fils très aimé. C’est toi que j’ai choisi avec joie.» (Marc, 1, 9 – 11); «Quand tout le peuple est baptisé, Jésus aussi est baptisé. Au moment où il prie, le ciel s’ouvre, et l’Esprit Saint descend sur lui sous la forme d’une colombe. Une voix vient du ciel et dit: «Tu es mon Fils très aimé. C’est toi que j’ai choisi avec joie.» (Luc, 3, 21 – 22)

La commission pour un des lieux les plus importants de la peinture locale et la confrontation avec la toile du père réalisée six ans auparavant et disposée en face de celle de la fille, poussent Sirani à réaliser son chef-d’œuvre à cet endroit. En effet, par rapport au classicisme composite de Giovan Andrea, la peintre offre dans la grande peinture à huile (450x350 cm) une scène complexe et mouvementée de goût baroque, à la conception composite et formelle, pleine de personnages qui gravitent autour des figures centrales de Saint Jean-Baptiste et du Christ, placés sur les eaux du fleuve Jourdain. Cette solution animée semble s’inspirer de l’observation de la vie domestique et quotidienne et développe une sensibilité entièrement féminine, donnant à l’œuvre un caractère intime bien différent du ton officiel du classicisme paternel. Dans cette œuvre, la peintre fait revivre le goût néovénète à travers des choix chromatiques caractérisés par de puissants effets de lumière, où la réalisation picturale se manifeste à travers des coups de pinceau épais toujours plus libres et vibrants à l’intérieur d’un traçage souple, comme le met en évidence la cape du personnage avec le turban, où les coups de pinceau se superposent à la césure, produisant un effet chromatique intense et lumineux. Au niveau de la composition, l’intention de l’artiste est de suggérer la profondeur de l’espace, en échelonnant les groupes de figures de la composition très encombrée dans un recul vers le fond, ce qui souligne aussi une attention aux suggestions de composition du goût baroque. Dans la grande toile du Baptême du Christ (dimensions 450x350cm), Elisabetta Sirani insère sa signature en lettres capitales en bas au centre «ELISABETTA SIRANI F. MDCLVIII». Au cours des récentes restaurations, une autre signature plus petite est apparue sous l’inscription, probablement la signature originelle apposée par l’artiste. La restauration a également mis en lumière les modifications, liées au fait que l’artiste, malgré ses nombreux dessins préparatoires, effectuait ses révisions directement sur la toile.

Clothilde Guégan, novembre 2021.

Leggi tutto

Opere

Apri mappa